Résumé : Palo Alto traces the lives of an extended group of teenagers as they experiment with vices of all kinds and struggle with their families and one another. James Franco présents his characters in all their raw humanity, drawing a stark, vivid, disturbing, but above all compassionate portrait of lives on the rough fringes of youth.

Citation : « There is hardly a single action that we perform in that phase which we would not give anything, in later life, to be able to annul. Whereas what we ought to regret is that we no longer possess the spontaneity which made us perform them. In later life we look at things in a more practical way, in full conformity with the rest of society, but adolescence is the only period in which we learn anything. »

Les + :
– vivre Palo Alto
– découvrir l’écriture de James Franco

Les – :
– nouvelles peu développées
– personnages peu travaillés

Mon avis : 09/20
J’ai d’abord entendu parler du film avoir de savoir que c’était un livre de James Franco. Comme j’aime bien l’acteur et que l’ambiance du film (de la bande annonce en tout cas + la participation d’Emma Roberts au casting) avait l’air de me plaire, je me suis donc acheté le livre avant de regarder (prochainement) le film.
J’ai aimé le style d’écriture de James Franco. C’est brut, c’est sans chichi. On pourrait croire qu’il est le personnage principal de chaque histoire. Aussi bien dans la peau d’une fille que d’un homme.
Il faut dire que tous les personnages se ressemblent aussi. Tous des pommés de Palo Alto, pensant qu’au sexe et à la drogue. Je crois que je m’attendais à quelque chose de plus profond. Connaître mieux les tréfonds des personnages et leurs histoires personnelles mais chacune des nouvelles ne s’arrêtent que sur une action et en fait, n’importe quel personnage pourrait être à la place d’un autre. Je sais que l’on ne peut pas attendre de nouvelles d’être aussi poussées qu’un roman mais j’ai trouvé l’ensemble plutôt creux.
Je crois aussi être trop différente des personnages pour avoir ne serait-ce qu’un peu de compassion (je ne parle même pas d’identification) et cela m’a manqué.
Je regarderai le film au plus vite, j’espère qu’il me réconciliera avec les écrits de James Franco.

En bref, un vrai livre de jeunes gangsters pommés que je conseille à ceux qui veulent savoir ce que c’était de vivre à Palo Alto il y a vingt ans.

Publicités