Last Notes, trilogie – Kanoko Sakurakouji #Livre

Tome 1

Résumé : Le « bois de santal nécromantique ». Tel est le produit bien particulier qui se vend dans une petite boutique d’un quartier populaire de Tokyo. Lorsqu’on le brûle, l’âme du défunt que l’on souhaitait revoir apparaît dans les fumées. La boutique est tenue par Haruet Aki, deux jeunes hommes aux charmes troublants, dont les origines sont elles aussi bien mystérieuses. Un jour, Emiru, la petite fille de leur fournisseur de santal nécromantique, fait irruption dans la boutique, et bouleverse leur vie à tous les trois…

Tome 2

Résumé : Grâce à l’encens des âmes, Emirucommunique avec son grand-père. Ce dernier lui apprend que sa mère est toujours en vie et que, dans sa maison natale, se trouve un indice concernant le précieux bois de santal. Elle retourne alors dans son village accompagnée de Haruet Aki, mais quelle n’est pas sa surprise lorsqu’elle découvre que sa maison est une ruine ! Elle réalise alors que plus rien ne l’attend ici et qu’il est temps pour elle de prendre un nouveau départ… 

Tome 3

Résumé :Emiruréalise qu’elle est amoureuse d’Aki, ce qui la trouble énormément. La jeune fille est désemparée, persuadée que ses sentiments ne sont pas réciproques. Elle décide alors de retourner dans son village natal pour trouver des indices sur l’encens des âmes. Sollicité par Mihiro, Akilaisse Haruaccompagner Emiru, mais là-bas, Haruembrasse la jeune fille…

Les + :
– le triangle amoureux
– les dessins de la mangaka

Les – :
– Emiru, cucul praline
– Emiru a l’air si frêle et JEUNE par rapport à ses deux prétendants

Mon avis : 13/20
Je lis des mangas depuis peu de temps (à peu près un an) et pour la plupart des shôjos. J’ai été attirée par cette trilogie d’abord par les couvertures qui m’ont beaucoup plu… Bon et puis je ne vais pas mentir, j’aime les histoires avec des triangles amoureux et là ça partait plutôt bien.
J’ai adoré le trait de Kanoko Sakurakouji. Emiruest toujours si mignonne et si ronde alors que Haruet Akisont très anguleux, très différents, en opposition totale. Dans le deuxième tome, les personnages se retrouvent dans le village d’Emirucouvert de neige et j’ai aussi été transportée visuellement par ces scènes.
Côté histoire, c’est quand même un peu cucul, il faut se l’avouer. Emiruest franchement nunuche mais ce qui m’a le plus dérangé c’est qu’on a l’impression qu’elle a 14 ans mais que ses prétendants en ont 30… J’ai trouvé les couples un peu bizarres du coup, enfin mal arrangés. Mais les questionnements sur l’amour sont plutôt bien amenés. Un peu trop peut-être d’ailleurs et on en oublie souvent le fond de l’histoire sur le bois de santal nécromantique.
J’ai préféré le tome 3, qui met joliment fin à la série. 🙂

En bref, un shôjo assez sympa qui m’a fait passé un bon moment mais qui globalement casse pas trois pattes à un canard…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :