Résumé : Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

Citation : « J’ai lu beaucoup plus de livres que vous. Peu importe combien vous en avez lu, j’en ai lu plus. Croyez-moi. J’ai eu tout le temps. »
« Il m’arrive de relire mes romans préférés en partant de la fin. Je commence par le dernier chapitre, et je lis à rebours jusqu’au premier. Quand on lit de cette manière, les personnages vont de l’espoir vers le désespoir, de la connaissance de soi vers le doute. Dans les histoires d’amour, les couples sont d’abord amants, avant de devenir des étrangers. Les récits d’initiation se transforment en récits d’égarement. Des personnages reviennent même à la vie. Si ma vie était un roman qu’on lisait à l’envers, rien ne changerait. Aujourd’hui est pareil à hier, demain sera pareil à aujourd’hui. Dans Le Livre de Maddy, tous les chapitres se ressembleraient. »
« Il ne suffit pas d’être vivant pour vivre. »

Les + :
– les chapitres courts, les dessins, les schémas… le format du livre
– la plume de Nicola Yoon
– de l’ultra prévisible… jusqu’à une fin inattendue
– la couverture

Les – :
– nay

Mon avis : 19/20
J’ai tellement entendu parler de ce livre qu’il était impossible que je passe à côté. Je me laissais du temps pour le lire jusqu’à ce que j’apprenne (cent ans après tout le monde…) que l’adaptation cinématographique sortait au mois de juin ! Plus le temps d’attendre donc, j’ai foncé dans la première librairie et j’ai acheté Everything, Everything.
D’abord est-ce qu’on peut parler de cette couverture ? Elle est juste wow. Simple mais efficace, je suis sous le charme.
J’ai dévoré le livre. Il se lit à une vitesse incroyable : les chapitres sont tellement courts, on les mange comme des petites gourmandises mais il en faut toujours plus et tourner la page pour connaitre la suite de la vie de Madeline. Les schémas, les conversations par mail, les petits mots : j’ai adoré le format du livre. Ma rubrique préférée ? Le dictionnaire de Maddy. Tordant.
Madeline est d’ailleurs un personnage haut en couleurs auquel je me suis vraiment attachée. Ollie aussi mais sa place est bien moins importante dans le livre.
S’il y a une chose que l’on peut dire, c’est que Nicola Yoon sait comment tourner ses phrases pour capter le lecteur. Son écriture est parfaite, ça a été un réel coup de coeur.
J’ai lu le résumé du livre et je me suis dit, ok je connais le début, le milieu et la fin du livre. Une histoire ultra prévisible. MAIS WHAT ?! En ce qui concerne le début et le milieu oui mais la fin… cette fin ! Je ne m’y attendais pas une seconde.
Ce livre est d’une beauté extrême !

En bref, une histoire magnifique et hors du commun. Je suis pressée de voir l’adaptation au cinéma.

Publicités