Résumé : Justin et Amélia sont amis depuis l’enfance. Ils ont même été amoureux à l’adolescence. Ils ont passé toutes leurs vacances dans la maison de la grand-mère d’Amélia, leurs parents respectifs étant souvent absents. Quelques années plus tard, ils héritent de la maison. Amélia, qui est institutrice, décide immédiatement d’aller passer ses vacances dans ce lieu qu’elle aime tant. Elle est loin d’imaginer que Justin a eu la même idée. Il débarque un matin avec sa guitare et sa petite amie Jade. C’est là que les choses vont se compliquer et que les incompréhensions du passé vont ressurgir. La cohabitation va s’avérer plus que difficile.

Citation : « La culpabilité, les émotions, la réalité d’une décennie envolée… tout m’est tombé dessus d’un seul coup. »
« Merci de m’avoir appris que parfois, ce que nous redoutons le plus, c’est ce dont notre âme a le plus besoin. »

Les + :
– le style de Penelope Ward
– les bonds dans le passé
– le personnage de Justin

Les – :
– c’est du vu et revu

Mon avis : 16/20
Tous les romans qui paraissent chez Hugo me donnent envie. Dès la sortie d’un nouveau New Romance, je me jette dessus comme la misère sur le monde et Room Hate n’a pas fait exception. Je dois dire que j’avais été quelque peu déçue par Step Brother mais l’histoire de  ce roman m’attirait beaucoup. J’aime les histoires qui mélangent amour et amitié.
Je dois avouer que j’ai passé un très bon moment avec Room Hate entre les mains. Je l’ai lu très rapidement et le style de l’auteur me plaît beaucoup : peu de descriptions mais une analyse assez fine des sentiments. On est dans la tête d’Amelia et on passe par toutes les émotions avec elle.
Les bonds dans le passé pour expliquer l’histoire de Justin et d’Amelia étaient toujours les bienvenus, même si je m’attendais à une histoire plus intense, plus compliquée, que deux adolescents amoureux qui se fuient.
C’est d’ailleurs la seule chose que j’aie à reprocher au roman : c’est du vu et revu… L’homme beaucoup trop sexy pour être réel qui a le contrôle de la situation du début à la fin. D’abord détestable mais absolument craquant puis parfait dans le rôle du sauveur. Rien ne déborde d’originalité. Pour une fois j’aimerais lire un livre où une fille a le beau rôle ! Pourtant je ne me considère pas comme une féministe mais tout de même, pourrait-on échanger un peu le schéma ?
Au-delà de ça j’ai tout de même passer un super moment avec Room Hate et en particulier avec le personnage de Justin que j’ai trouvé juste du début à la fin. Il reste fidèle à lui-même mais mûrit au fil des années et son personnage est complet. Amelia est un peu plus border. On a quand même envie de leur secouer le cocotier à tous les deux pour que la réunion se fasse plus vite… Mais il n’y aurait pas de livre.

En bref, une très belle romance à découvrir, qui se dévore en un rien de temps. Bonne lecture !

Publicités