Résumé : Un père, despotique et égocentrique, JacquesUne mère, en rébellion après 40 ans de mariage, MartineLeurs fils. Matthieu éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants. Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps. Alexandre, rêveur mou du genou. Et surtout…  trois belles-filles délicieusement insupportables ! Stéphanie, mère poule angoissée. Laura, végétarienne angoissante. Jeanne, nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l’arrivée va déstabiliser l’équilibre de la tribu. Mettez tout le monde dans une grande maison en Bretagne. Ajoutez-y Antoinette, une grand-mère d’une sagesse (bien à elle) à faire pâlir le Dalai Lama, et un chien qui s’invite dans la famille et dont personne ne veut. Mélangez, laissez mijoter… et savourez ! 

Citation : « Ca, je pense que c’est un problème féminin. Martine est pareille. Je parle du fait de ne jamais dire explicitement ce que vous voulez. Elle attend de moi des choses qu’elle ne demande jamais. Et, bien sûr, elle fait la tête quand c’est trop tard, que j’ai loupé le coche. Et ça fait plus de quarante ans que ça dure ! Elle pourrait m’aiguiller un peu , quand même. Avec le temps, j’ai appris à interpréter chaque « ça serait bien si… » ou les « ça fait longtemps que… », mais j’en laisse encore passer beaucoup. Nous n’avons pas la radio programmée sur la même fréquence, nous les hommes. »

Les + :
– les titres des chapitres
– l’humour brûlant d’Aurélie Valognes
– les personnages, tous plus vrais que nature

Les – :
– il n’y a rien de superflu, c’est un concentré d’humour

Mon avis : 17/20
Nos adorables Belle Filles (Michel Lafon) ou En voiture, Simone! (renommé ainsi pour Livre de poche) est le second roman d’Aurélie Valognes. J’ai lu il y a peu de temps Mémé dans les orties que j’avais absolument adoré et surtout qui m’avait fait beaucoup rire. Vu le résumé de ce second livre, je me suis dit que j’allais encore passer un bon moment et ça a été le cas, je ne regrette pas une seconde mon achat.
Comme dans son premier livre, les titres des chapitres sont des proverbes et expressions françaises qui collent parfaitement au contenu du texte qui va suivre, et je suis assez fan de ce concept.
L’histoire est tordante mais plus que l’histoire ce sont les personnages qui font vivre ce livre. Et surtout la vérité qui s’en dégage. La famille on l’aime, mais des fois elle nous tape sur le système : c’est cela qu’Aurélie Valognes développe dans son livre et c’est poilant ! Entre les belles filles chieuses, les enfants mous du genou qui ne se rendent compte de rien et les mioches qui courent partout, l’auteur nous dépeint une famille plus que réelle au final et c’est cela qui est marrant.
Peu importe en fait l’histoire, on a un sentiment de voyeurisme sur cette famille mais la morale nous force à nous impliquer un peu. Concessions, apprendre à vivre avec les autres, on ne peut pas être une vraie famille si on ne s’écoute pas et on ne se respecte pas les uns les autres…

En bref, un roman aussi drôle que le premier ! (Voire même davantage) Aurélie Valognes gagne à être connue. Il est certain que je vais foncer sur son troisième livre : Minute Papillon.

Publicités