Résumé : Dorothée est une jeune orpheline qui habite le Kansas. Emportée par un cyclone en compagnie de son chien Toto, elle atterrit avec sa maison dans un étrange pays, écrasant au passage la méchante sorcière de l’Est. Désireuse de rentrer chez elle, Dorothée prend conseil auprès de la (gentille) sorcière du Nord, qui lui recommande d’aller trouver le puissant magicien d’Oz dans la cité d’émeraude. C’est chaussée de souliers d’argent magiques qu’elle va suivre la route de briques jaunes pour gagner la fameuse cité. En chemin, elle va croiser un épouvantail qui rêve d’avoir une cervelle, un bûcheron de fer-blanc qui, lui, voudrait un cœur et, enfin, un lion poltron auquel ne nuirait pas un peu de courage. Après de nombreuses péripéties, les quatre amis atteindront la cité d’émeraude. Pour autant, ils ne seront pas au bout de leurs peines, car le magicien d’Oz exigera d’eux un exploit hors du commun… Mais cela suffira-t-il ?

Citation : « Même quand notre patrie est morne et grise, nous autres les êtres de chair et de sang nous préférons y vivre plutôt que dans le plus beau des pays étrangers. »

Les + :
– un classique à découvrir ou redécouvrir
– la morale de l’histoire

Les – :
– un livre pour enfant
– les répétitions
– les « aventures »

Mon avis : 10/20
Quand j’étais petite, j’adorais regarder des cassettes chez mes grands-parents et Le Magicien d’Oz (la version avec Judy Garland) en faisait partie. Mes souvenirs remontent peut-être à longtemps pour le coup, mais j’aimais beaucoup ce film, même s’il était un peu absurde.
J’ai trouvé par hasard le livre de Lyman Frank Baum et je me suis dit que ce serait pas mal de lire l’histoire originelle. Toujours à la découverte de classiques… Eh bien je dois avouer que j’ai été déçue.
Si je trouve mon compte dans des livres pour enfants comme Alice au Pays des Merveilles ou Peter Pan, j’ai ici été abasourdie par la simplicité d’écriture. Certes le style est clair, les phrases sont courtes et donc faciles de compréhension mais je m’attendais à une autre sorte de beauté d’écriture.
Evidemment les personnages sont attachants : Dorothée qui ferait tout pour pouvoir retourner au Kansas, l’épouvantail en quête de cervelle, le bûcheron de fer blanc qui recherche un coeur et le lion qui ne demande que du courage. C’est la répétition dans le récit qui m’a assommée. « Je veux une cervelle, et moi un coeur, et moi du courage… », oui on a compris, on sait pourquoi vous marchez vers la Cité d’Emeraude.
Et même leurs aventures qui me paraissaient chevaleresques dans le film de mon enfance devenaient ici complètement ridicules.
Ce que j’aime tout de même dans ce récit c’est comment Oz donne le cerveau à l’épouvantail, le coeur au bûcheron de fer blanc et le courage au lion. Etant un charlatan, il ne peut leur donner ce qu’ils souhaitent, mais les camarades de Dorothée sont comblés par cette imposture et la morale est que finalement ils avaient déjà ce qu’ils désiraient… Pour le coup, la morale est toujours aussi belle !

En bref, un classique à lire au primaire.

Publicités