Résumé : Suite à une terrible tragédie, un publicitaire new-yorkais à la réussite exemplaire sombre dans la dépression. Ses collègues échafaudent alors un stratagème radical pour l’obliger à affronter sa souffrance de manière inattendue…

Citation : « Nous sommes ici pour être reliés. L’amour, le temps, la mort. Ces trois choses relient chaque être humain sur terre. On désire l’amour. On veut plus de temps. On craint la mort. »

Les + :
– le casting
– l’idée même du film
– les émotions

Les – :
– film essentiellement sur le deuil et non la reconstruction

Mon avis : 15/20
Je ne suis pas une grande fan de Will Smith, mais quand ma petite soeur m’a parlé de ce film, j’ai été enchantée par l’histoire. Comme un conte de Noël.
Howard travaille dans la publicité. Mais depuis plusieurs années, il n’est plus lui-même. Qui ne le comprendrait pas ? Il a perdu sa fille de six ans. Depuis, il vit reclus dans son appartement, il ne parle plus, et il ne vient au travail que pour faire de géantes constructions de dominos. Sa vie est foutue. Sa thérapie ? Il écrit des lettres à l’amour, au temps et à la mort. Pour le sauver, ses amis vont décider d’engager des acteurs pour jouer ses trois personnages et essayer de le guérir…
L’histoire est magnifique et m’a émue au plus profond de mon être (ce qui veut dire que j’ai pleuré, à grosses gouttes, pendant les deux heures de film). Au départ, je m’attendais réellement à une forme de conte de Noël, en voyant la bande annonce, je m’étais dit que c’était bien la mort, l’amour et le temps qui allaient voir Howard et non des acteurs. (ATTENTION SPOILER : moment de joie à la fin, quand on nous laisse supposer qu’il s’agit bien de personnifications).
Et puis, il faut avouer que le casting est fabuleux : Will Smith, Kate Winslet, Keira Knightley, Edward Northon… Autant de bons acteurs dans un même film, ça nous envoie du rêve.
Après, j’ai tout de même envie de reprocher au film de s’être trop focalisé sur le deuil de Howard. J’aurais voulu voir une vraie évolution dans son personnage, partager sa reconstruction. Evidemment que l’on ne peut pas guérir de la perte d’un enfant en un claquement de doigts, voire même ne jamais en guérir, mais je m’attendais à ce que les rencontres du film le fassent progresser davantage.

En bref, ce n’est pas le film que je croyais voir, mais c’est un très beau film. Accrochez-vous à votre paquet de mouchoirs.

Publicités