Résumé : À 17 ans, Vickie, jeune fille naïve d’une petite ville texane, tombe enceinte de son copain. Rejetée par sa mère et bientôt par sa belle-famille, elle trouve refuge dans un club de strip-tease avec son bébé. Un peu trop grande, un peu maladroite, elle est pourtant vite remarquée pour le pouvoir d’attraction qu’elle exerce sur les hommes. De playmate à star de la téléréalité, son ascension sera fulgurante. Mais qu’il est dur de rester soi quand le monde entier convoite votre corps…

Citation : « La fille était le fantasme absolu, la vierge et la putain réunies. Incroyable, inconcevable que personne ne l’ait encore remarquée. C’est de cette façon qu’il en parlerait à la presse par la suite, la version officielle du moins, et quand on lui demanderait de se justifier, il ferait le parallèle avec les chercheurs d’or : elle était la pépite d’une vie, elle était exceptionnelle. »

Les + :
– le style de Camille de Peretti
– le rapport de l’auteur avec son « héroïne »
– la couverture

Les – :
– histoire sans grand intérêt, assez glauque

Mon avis : 10/20
Ce n’est pas la première chronique que je fais sur un livre de Camille de Peretti. J’adore cette auteur. Il faut savoir que deux de ses romans font partie de mes livres préférés : Nous sommes cruels (une adaptation des Liaisons Dangereuses de nos jours) et Nous vieillirons ensemble. Ce que j’aime dans ces deux romans, c’est que l’auteur est le personnage principal de ses romans. Ce ne sont pas des autobiographies, ce sont de autofictions. J’ai été enchantée par ce style d’écriture qu’a Camille de Peretti que l’on retrouve aussi dans Thornytorinx et Petits arrangements avec nos coeurs. En dehors de ces autofictions, l’auteur a écrit deux biographies : La Casati et Blonde à forte poitrine. Ces deux livres m’ont beaucoup déçue.
Blonde à Forte Poitrine nous raconte la vie de Vickie (Anna Nicole Smith), une adolescente engrossée trop tôt, abandonnée par tous ceux qu’elle connaît, qui finit par trouver refuge dans un club de strip tease. Elle se marie avec un homme qui a soixante ans de plus qu’elle, qui la fait passer sur la table d’opération un nombre incalculable de fois. Un monde de drogues et de pornographie commence à graviter autour d’elle tel un nuage dont elle n’aurait pas vraiment conscience.
L’histoire en elle-même est donc peu intéressante. On n’arrive à s’attacher à aucun des personnages : ni à cette bimbo trop naïve pour sauver sa peau, ni à son fils à la fois malmené et chouchouté. S’ajoute autour de cela, des scènes plutôt glauques (je pense notamment aux opérations chirurgicales) et parfois carrément trash (scènes de sexe psychédéliques).
Ce qui remonte ma note pourtant reste le style de l’auteur. J’aime son écriture et surtout j’ai aimé la distance qu’elle a installé avec son personnage en l’appelant simplement « la blonde » ou « la fille ». Comme si elle voulait raconter son histoire mais pas le moins du monde en faire partie. Une caméra neutre, qui filme des faits, non des émotions. J’ai aimé cette façon de raconter l’histoire : des phrases courtes, tranchantes.

En bref, je ne recommande pas cette biographie. En revanche, je vous conseille d’autres livres de l’auteur cités plus haut. Camille, continue tes autofictions, tes aventures sont celles que je préfère.

Publicités