Résumé : Voici trois nouvelles exemplaires par le souci du détail vrai, la rigueur de la construction, la maîtrise du récit, l’art de la chute. « La Parure » dépeint avec alacrité le menu peuple des bureaux. « Sur l’eau » évoque la vie nocturne d’une rivière, ses bruissements mystérieux, sa faune secrète, ses maléfices, ses drames. « La Légende du Mont Saint-Michel » nous transporte au coeur du folklore normand où la roublardise paysanne fait bon ménage avec le goût du merveilleux. Une même ironie, tantôt enjouée tantôt cruelle, soudain ces trois textes. Elle illustre la profonde acuité d’une oeuvre qui, de Boule de suif au Horla, n’a cessé de mettre au jour avec une égale curiosité les ressorts inattendus de la mécanique humaine.

Citation : « Il n’y a rien de plus humiliant que d’avoir l’air pauvre au milieu de femmes riches. » La Parure
« Dieu a fait l’homme à son image, mais l’homme le lui a bien rendu. » La Légende du Mont Saint-Michel

Les + :
– trois nouvelles exceptionnellement bien écrites
– les chutes

Les – :
– le caractère factuel

Mon avis : 12/20
Dans ce recueil il y avait donc les trois nouvelles : La Parure, Sur l’eau et La Légende du Mont Saint-Michel. (La note aurait été plus haute avec seulement La Parure).
En une petite heure on dévore ces nouvelles de Maupassant. J’ai particulièrement aimé La Parure, que j’avais déjà étudiée en classe (il y a de ça dix ans…). Les deux autres m’ont juste laissée de marbre. Ni une bonne expérience, ni une mauvaise…
La chose absolument géniale dans les trois nouvelles de ce recueil est à chaque fois la chute. L’écriture de Maupassant nous invite à en lire davantage mais c’est la découverte finale qui nous pousse à tourner les pages.
Ce que je reprocherais tout de même, je l’avais déjà mentionné dans ma chronique de Une Vie, c’est le caractère factuel des récits. Il se passe ça. Et ensuite ça. Ensuite ça. Et maintenant chute. Je sais qu’il ne s’agit que de nouvelles et non de romans, mais Maupassant prend le temps de faire de magnifiques descriptions… Pourquoi ne pas s’attarder un peu plus sur les faits ?

En bref, je vous conseille La Parure qui mérite d’être lue juste pour l’art de sa chute.

Publicités