Résumé : You can’t stop the future. You can’t rewind the past. The only way to learn the secret . . . is to press play.
Clay Jensen returns home from school to find a strange package with his name on it lying on his porch. Inside he discovers several cassette tapes recorded by Hannah Baker—his classmate and crush—who committed suicide two weeks earlier. Hannah’s voice tells him that there are thirteen reasons why she decided to end her life. Clay is one of them. If he listens, he’ll find out why.
Clay spends the night crisscrossing his town with Hannah as his guide. He becomes a firsthand witness to Hannah’s pain, and as he follows Hannah’s recorded words throughout his town, what he discovers changes his life forever.

Citation : « You don’t know what goes on in anyone’s life but your own. And when you mess with one part of a person’s life, you’re not messing with just that part. Unfortunately, you can’t be that precise and selective. When you mess with one part of a person’s life, you’re messing with their entire life. Everything. . . affects everything. »

Les + :
– la double narration de Clay et Hannah
– l’écriture de Jay Asher
– l’aspect réel

Les – :
– le personnage de Clay

Mon avis : 15/20
Cela faisait un petit moment que je n’avais pas lu un roman Young Adult, étant plutôt en alternance avec les Classiques et la New Romance en ce moment. Thirteen Reasons Why est dans ma PAL depuis un bout de temps, il était donc nécessaire qu’il en sorte. Et je suis contente de l’avoir fait.
La première chose qui m’a séduite dans ce livre, c’est son squelette. Le fait qu’il y ait treize chapitres, chacun étant une cassette qui elle-même explique une des raisons du suicide de la jeune Hannah Baker. Pour moi, l’articulation d’un livre joue toujours sur mon plaisir à le lire et là j’étais déjà emballée.
Je suis aussi assez fan des doubles narrations. Et ici, cette double narration était d’autant plus intéressante qu’elle était entremêlée. On écoute l’enregistrement d’Hannah et en même temps on est coupé par les pensées de Clay. J’ai trouvé cette architecture vraiment intéressante et surtout très agréable à lire. J’ai d’ailleurs aimé l’écriture de Jay Asher, c’est très sec, presque parlé, mais c’est ce qui rend le livre intéressant.
En revanche, si on en apprend beaucoup sur Hannah Baker, on ne sait que très peu de choses sur Clay Jenson. J’ai trouvé cela quelque peu dommage. C’est notre personnage principal et on ne connaît presque rien de lui. Du coup je n’ai pas réussi à m’attacher à son histoire.
Enfin, ce qui m’a le plus plu dans cette histoire c’est le réalisme de l’histoire d’Hannah. L’effet boule de neige. Il ne lui arrive pas un grand malheur, il n’y a pas un événement qui fait basculer sa vie, mais bien des petites péripéties qui finissent par engranger un grand malheur qui la poussera au suicide. Au début justement on ne voit pas pourquoi Hannah aurait voulu mettre fin à ses jours mais plus les événements/personnes s’ajoutent, plus son histoire prend de sens. C’est vraiment en cela que j’ai aimé le livre.

En bref, une morale bien faite pour ce joli roman Young Adult.

Publicités