Résumé : Quand Bree Prescott arrive dans la petite ville du Maine, elle espère y trouver la paix qu’elle recherche désespérément. Elle est là pour oublier le traumatisme qu’elle a subi dans sa ville natale et recommencer une nouvelle vie. Mais à peine installée dans sa nouvelle maison près du lac, elle va croiser Archer Hale, un homme solitaire et mystérieux, qui cache au fond de lui une profonde souffrance. Un homme que personne ne voit, un homme sans voix.

Citation : « Le malheur n’arrive pas aux gens parce qu’ils le méritent. Ça ne marche tout simplement pas comme ça. C’est juste… la vie. Et peu importe qui nous sommes, nous devons prendre sur nous pour supporter ce qui nous arrive et tenter d’avancer malgré tout, d’aimer, de garder espoir… de croire qu’il existe un but à notre séjour ici bas. Et croire que ceux qui sont les plus blessés sont peut-être ceux qui dégagent le plus de lumière. »

Les + :
– l’originalité du récit
– le passé des personnages principaux

Les – :
– ça traîne parfois en longueur
– certains points (intéressants) sont traités trop rapidement

Mon avis : 15/20
Depuis le temps que je voulais lire ce livre, j’étais contente de passer enfin à la casserole, si je puis dire.
Assez fanatique de tous les romans de chez Hugo&Cie, celui-là n’a pas fait exception à ma lecture et j’étais plutôt intriguée de voir ce qu’allait donner un livre dont le personnage principal ne parle pas, n’a pas de voix.
Je trouve justement que ce point-là a été très bien traité, à chaque fois que Bree et Archer se parlent en langue des signes, le texte est en italique. Pour le coup j’ai apprécié la forme.
J’ai aussi adoré l’originalité du récit, on parle peu souvent de handicap physique, et ce livre était vraiment bien tourné.
Ce que j’aime dans ces histoires, c’est bien évidemment la romance, vivre la rencontre des personnages, voir l’amour naître… Mais ce qui me fascine davantage c’est le passé des personnages. Ici que ce soit Bree ou Archer, ils ont tous les deux un passé plus que difficile et les voir se reconstruire ensemble est une belle chose.
Cependant, j’ai trouvé que ces moments de retour dans le passé, d’explications, d’enquête judiciaire du côté de Bree, passaient beaucoup trop vite. On attend les 400 pages de savoir ce qu’il peut bien s’être passé dans l’enfance d’Archer et c’est réglé en un chapitre… C’est un peu dommage. Même chose pour Bree et ces angoisses le matin : elle couche avec Archer et hop! envolées, on en entend plus parler. Bon…
J’ai aussi beaucoup aimé (ou détesté d’ailleurs) les personnages secondaires qui sont très bien travaillés : comme la voisine de Bree ou Travis. On ressent vraiment l’esprit de petite ville où tout le monde se connaît.
Et même si parfois j’ai trouvé quelques chapitres un peu long, j’ai passé un très bon moment avec Archer’s Voice entre les mains.

PS : Est-ce que j’étais la seule à croire qu’Archer allait finir par reparler et qu’il s’agissait d’un blocage psychologique et non physique ?

En bref, encore une belle histoire de New Romance que je recommande aux fleurs bleues. 🙂


Publicités