Résumé : 1986. Lorsque Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s’installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon solitaire et secret, l’ignore poliment. Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par leur amour des comics et des Smiths… Et qu’importe si tout le monde au lycée harcèle Eleanor et si sa vie chez elle est un véritable enfer, Park est prêt à tout pour la sortir de là.

Citation : « Eleanor avait raison : elle n’était jamais jolie. Elle ressemblait à une œuvre d’art. L’art n’avait rien à voir avec le beau, il existait pour faire ressentir les choses. « 

Les + :
– une jolie histoire
– la plume de Rainbow Rowell
– l’alternance de la prise de parole

Les – :
– très jeunesse
– Park et Eleanor : trop vite

Mon avis : 14/20
Ne me sautez pas dessus ! C’était une bonne lecture. Seulement, après tous les éloges que j’avais pu voir ici et là sur ce roman de Rainbow Rowell, je m’attendais à un coup de cœur, une véritable claque. Et ce n’est pas le sentiment que j’ai eu.
J’avais déjà lu Attachments de l’auteur, que j’avais plutôt aimé mais encore une fois, je ne comprends pas vraiment l’engouement pour ses livres. Ou alors je n’ai pas encore lu le bon ?
Bref, revenons à Eleanor & Park. Qu’on ne se méprenne pas, c’est une jolie histoire entre une jeune fille à la vie complètement décousue et un jeune homme qui ne sait pas comment s’y prendre pour la sauver. Même si Rainbow Rowell parle toujours à la troisième personne du singulier, elle alterne les chapitres du point de vue d’Eleanor et du point de vue de Park. J’adore ce format qui permet de se fondre dans la tête des personnages (même si j’aurais peut-être préféré que chacun écrive à la première personne).
Les chapitres sont courts, s’enchaînent, mais je n’ai pas vraiment été prise par le feu de la lecture. Je n’ai pas dévoré ce livre.
D’autre part, j’ai trouvé le roman très jeunesse. Pourtant j’adore le Young Adult, j’ai beau avoir 22 ans, je continue de lire des histoires d’adolescents ! Mais je ne sais pas, malgré les horreurs qui peuvent leur arriver, je trouve Eleanor et Park très bébés. Surtout Park.
De plus, si j’ai pu relativement m’attacher aux deux personnages principaux, je ne me suis accrochée à aucun autre. Ni la mère de Park, ni les frères et soeurs d’Eleanor… C’est dommage. En revanche, le fait que l’histoire se déroule dans les années 80 donne un souffle différent à tous les romans d’aujourd’hui et j’ai beaucoup aimé.
Enfin, si le début m’a plutôt plu (les premiers regards, les premiers échanges, les premières BD, les premières cassettes, les premières paroles…), j’ai trouvé qu’à partir du moment où ils sont en couple, les choses mollissent.

En bref, un joli roman sur les babillements de l’amour et les histoires de familles qui détruisent.

Merci à Shades of Wrong qui m’a offert ce livre ! 🙂

Publicités