Résumé : Bloqués dans les couloirs du temps, Godefroy de Montmirail et son fidèle serviteur Jacquouille sont projetés dans une époque de profonds bouleversements politiques et sociaux : la Révolution Française… Plus précisément, la Terreur, période de grands dangers pendant laquelle les descendants de Jacquouille La Fripouille, révolutionnaires convaincus, confisquent le château et tous les biens des descendants de Godefroy de Montmirail, aristocrates arrogants en fuite dont la vie ne tient qu’à un fil.

Citation : « Je ne suis point une couille ! Je suis Jacquouille la Fripouille ! »

Les + :
– je réfléchis encore…

Les – :
– pas drôle
– pas de scénario qui tient la route
– acteurs « nouvelle génération » mauvais

Mon avis : 03/20
WTF !
QUELLE DÉCEPTION !
Je suis absolument amoureuse des Visiteurs, pour être précise, du premier film que je connais par cœur. J’étais déjà moins emballée par le deuxième film avec Muriel Robin (qui gâche le film pour moi en essayant de copier une Valérie Lemercier qui était exceptionnelle). Mais là… Un troisième volet pathétique.
Je savais que j’allais être déçue, on est toujours déçu par les suites, surtout longtemps après (comme les Bronzés 3 par exemple). Je pensais quand même passer un bon moment de rigolade. MAIS PAS DU TOUT !
D’abord le film n’est pas drôle. Alors que je pleurais de rire lors de leur visite dans les années 1990, cette aventure pendant la révolution n’est pas du tout convaincante. J’ai « pouffé » une fois pendant le film.
Ensuite, le scénario ne tient pas la route. D’ailleurs, il n’y a pas de scénario. Le film part dans tous les sens : d’abord il faut remettre le dauphin sur le trône (abandonné au bout de dix minutes), ensuite Jacquouille va devenir la figure emblématique de la Révolution et passer devant un tribunal (cela n’a jamais lieu). Et toutes les idées sont comme celles-ci. Abandonnées en cours de route.
D’autre part les acteurs « nouvelle génération » comme Franck Dubosc, Alex Lutz, Ary Abittan… n’apportent rien au film. Il jouent mal et sont enfermés dans leurs rôles habituels : Alex Lutz, le précieux ; Franck Dubosc, l’enfoiré (oups excusez-moi) qui trompe sa femme etc… Certes c’est une suite. Mais en ce qui concerne de faire du neuf avec du vieux, c’est raté.
On sent bien que la volonté était de se faire plaisir du côté de Christian Clavier et Jean Reno mais ils n’ont pas réussi à transmettre leur bonne humeur cette fois-ci.

En bref, restez chez vous, repassez-vous le premier volet, vous passerez un meilleur moment.

Publicités