Résumé : Dans une Amérique profondément sauvage, Hugh Glass, un trappeur, est attaqué par un ours et grièvement blessé. Abandonné par ses équipiers, il est laissé pour mort. Mais Glass refuse de mourir. Seul, armé de sa volonté et porté par l’amour qu’il voue à sa femme et à leur fils, Glass entreprend un voyage de plus de 300 km dans un environnement hostile, sur la piste de l’homme qui l’a trahi. Sa soif de vengeance va se transformer en une lutte héroïque pour braver tous les obstacles, revenir chez lui et trouver la rédemption.

Citation : « Il a été enterré dignement. »
« Il a peur. Il sait le chemin que j’ai fait pour le retrouver. »
« Je n’ai plus peur de mourir. Je suis déjà mort. »

Les + :
– euh Léo, ça paraît évident non ?
– les paysages

Les – :
– c’est looooong

Mon avis : 17/20
Je suis allée voir le film le lendemain de la cérémonie des Oscars. En tant que grande fan de Leonardo DiCaprio, j’allais de toutes façons courir voir son film. Je n’étais que plus heureuse d’apprécier ce film à l’écran alors que je savais qu’il avait ENFIN été récompensé. Et ce n’est pas peu mérité !
On va d’abord parler de la prestation magistrale de Leonardo DiCaprio. Notre quarantenaire bien aimé s’est ici plus que dépasser. Au final pour avoir son oscar, il suffit de se laisser pousser la barbe et les cheveux, de se baver un peu dessus, de dormir dans un cheval mort… Oui il faut donner de soi pour avoir une statuette. Et pas forcément dans les dialogues. Sans rire, on peut vraiment applaudir Léo pour The Revenant. Ce n’est pas mon film préféré de sa carrière, mais c’est un film magistral.
Justement, une seconde chose qui rend ce film magique, ce sont bien les paysages. Les images du film sont juste fabuleuses. Sur grand écran, on en prend plein la vue.
J’ai une petite chose à reprocher au film quand même, c’est sa longueur. Plus de deux heures et demies de film, c’est long, surtout quand la plupart du temps il n’y a qu’un survivant à l’écran et peu d’action.
Le film porte sur deux thèmes très puissants : la survie et la vengeance. Notre trappeur est prêt à faire des centaines de kilomètres seul, blessé et frigorifié, juste pour assouvir sa soif de vengeance. D’autre part, laissé pour mort, car grièvement blessé par un ours, Hugh Glass (Léo), va braver tous les obstacles qui se dresseront sur son passage et nous faire une démonstration de ce qu’est la survie.
Une belle leçon de vie.

En bref, un film magistral qui mérite d’être vu par tous.

Publicités