Résumé : Tout a commencé par une lettre. Une simple rédaction demandée par un prof : écrire à un disparu. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande sœur May l’adorait. Et qu’il est mort jeune, comme May. Si elle ne rend jamais son devoir, très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres à Amy Winehouse, Heath Ledger… À ces confidents inattendus, elle raconte sa première année de lycée, sa famille décomposée, ses nouveaux amis, son premier amour. Mais avant d’écrire à la seule disparue qui lui tient vraiment à cœur, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s’est vraiment passé la nuit où May est décédée.

Citation : « Un ami, c’est celui qui t’accorde la totale liberté d’être toi-même -en particulier de réagir comme bon te semble. Que tu réagisses comme ci ou comme ça, ça lui est égal. C’est ça, le vrai amour : de permettre à quelqu’un d’être ce qu’il est vraiment. »

Les + :
– format épistolaire
– lettres destinées à des artistes

Les – :
– l’adoration de Laurel pour May

Mon avis : 18/20
Waw ! Quelle claque !
Ma mère m’a offert ce livre à Noël parce que j’arrêtais pas d’en entendre parler et je l’ai lu en quelques jours tellement j’étais absorbée par l’histoire. J’ai vraiment adoré même si ce livre m’a dévastée. Oui le gros méchant bouquin m’a fait pleurer !
Tout d’abord, les livres épistolaires sont souvent mes favoris. Rien que pour cet exercice j’aime déjà le livre. Je ne sais pas pourquoi les lettres me passionnent autant mais j’ai rarement des déceptions quand je lis un roman épistolaire.
Et celui-ci est plus que bien fait. J’ai adoré le fait que Laurel écrive à des personnes décédées. Au début on ne leur voit pas forcément de liens et en fait on se rend compte que toutes les personnes qu’elle choisit ont eu une vie/mort affreuse. La plupart se sont suicidés, quant aux autres ils sont morts d’overdose. Je caricature un peu mais en creusant, on ne peut pas dire qu’elle ait écrit à une seule personne saine d’esprit. Les personnes que Laurel choisit montrent l’état d’esprit de cette dernière. Et plus elle les découvre, plus elle se découvre et découvre sa soeur disparue.
Ce livre est prenant et j’ai également aimé la magie qui s’en dégageait. Lorsque May et Laurel étaient petites, elles partageaient des secrets sur les fées qu’elles étaient et lançaient des sortilèges. Même si plus tard Laurel n’y croyait plus, elle s’est toujours rattachée à cette magie. C’est un détail qui m’a plu.
Il y a une chose qui m’a un peu dérangée. Laurel voue une admiration hors limite à sa soeur May. Certes, elle est plus jeune, sa soeur est décédée, elle paraissait cool etc… Mais j’ai trouvé qu’il y avait presque un amour malsain.
A part cela, j’ai vraiment tout aimé dans ce livre, jusqu’aux petits dessins en haut des lettres représentant chaque interlocuteurs (les fleurs pour Janis Joplin, le smiley pour Kurt Cobain…) Et l’histoire est pleine de charme et de rebondissements. Chaque chose a une place, il n’y en a ni trop, ni pas assez. L’évolution de Laurel est très bien amenée, ses amis sont un vrai plus à l’histoire et ils sont tous convaincants.

En bref, une très belle histoire que vous n’êtes pas près d’oublier.

Publicités