Résumé : Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut de la tour du lycée, décidés à en finir avec la vie. 
Finch est la «bête curieuse» de l’école. Il oscille entre les périodes d’accablement, dominées par des idées morbides et les phases «d’éveil» où il déborde d’énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais, neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s’est isolée et s’est laissé submerger par la culpabilité.
Pour Violet et Finch, c’est le début d’une histoire d’amour bouleversante: l’histoire d’une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.

Citation : « Et si la vie pouvait être ainsi ? Que du bonheur, jamais d’horreur, pas même de moments légèrement désagréables. Si on pouvait tout ôter le mauvais et ne garder que le bon ? »

Les + :
– le personnage de Finch
– le double point de vue
– le thème du suicide très bien abordé
– les « titres » des chapitres

Les – :
– quelques petits détails autour de Violet Markey

Mon avis : 17/20
Depuis le temps que je voyais ce livre, j’avais hâte de le lire. Je l’ai eu en cadeau à Noël et je l’ai dévoré en trois jours. J’ai adoré. Explications.
J’ai vraiment aimé le fait d’avoir les deux points de vue de nos protagonistes. Et l’exercice de style est plutôt réussi, Finch écrit différemment de Violet, ce qui donne plus de personnalité à chacun de nos héros. Donc bravo à Jennifer Niven pour cela.
J’ai d’ailleurs préféré le personnage de Finch à celui de Violet. Je l’ai trouvé beaucoup plus travaillé premièrement, et deuxièmement il est beaucoup plus complexe.
Ce livre, malgré la légèreté de la jeunesse et du premier amour, est très dur. Il parle de suicide, de harcèlement moral et physique, de la perte d’êtres chers. Beaucoup de sujets qui sont durs à aborder et dont on ne parle pas à tout bouts de champs. J’ai trouvé que le personnage de Finch, qui sombre dans le « Grand Sommeil », qui change de personnalité (Finch le Gros Dur, Finch le Clochard…), était vraiment bien fait. Les sensations, les émotions, tout ce qui le submerge, la fatalité, tout est bien dépeint. J’ai trouvé le livre très réaliste.
J’ai également aimé les voyages pour découvrir l’Indiana, cet état qui ne paye pas de mine, mais qui, grâce aux yeux de Finch, retrouve une certaine histoire. L’histoire du devoir à rendre est un bon fil conducteur.
D’autre part, j’ai aimé les « titres » de chapitres : le décompte jusqu’au jour de l’oral pour Violet et le compte des jours après l’éveil pour Finch. J’ai trouvé ce détail très important en fin de comptes.
J’ajoute également que le livre se lit très vite grâce à des chapitres très courts et l’alternance de Violet et Finch donne toujours envie d’en lire plus.

ATTENTION SPOILER :
Pour ceux qui ont lu Tous nos Jours Parfaits, j’aimerais parler de deux points :
– je ne sais pas vous, mais moi j’ai trouvé que la remontée en voiture de Violet se fait beaucoup trop facilement. Elle ne monte pas en voiture depuis presque un an, elle a développé une phobie et au bout d’une semaine elle monte avec un inconnu qui est pour tous le Fêlé du lycée… Peu crédible… Mais c’est un détail.
– je voulais aborder la fin du livre : le suicide de Finch. Je mentirais si je disais que je ne m’y attendais pas et encore plus si je disais que pour moi ce n’était pas la fin idéale. Pas que je veuille toujours de la tristesse et que les personnages meurent… Mais ici, je ne voyais pas d’autre solution pour Finch. Il ne veut pas d’aide, il se laisse sombrer petit à petit et est toujours happé par ce désir de mourir. Il est fasciné par la mort autant qu’il en a peur mais contrairement à Violet qui en haut du clocher faisait un appel au secours, Finch était décidé. Et tout l’amour de sa Violet ne pouvait rien y changer. Qu’en pensez vous ?

En bref, un roman merveilleux qui traite de sujets pesants tout en légèreté.

Publicités