Résumé : Professeur de philosophie, Abe Lucas est un homme dévasté sur le plan affectif, qui a perdu toute joie de vivre. Peu de temps après son arrivée dans l’université d’une petite ville, Abe entame une liaison avec Jill, sa meilleure étudiante, qui devient aussi sa meilleure amie. Si Jill est amoureuse de son petit copain Roy, elle trouve irrésistible le tempérament torturé et fantasque d’Abe, comme son passé exotique. C’est alors que le hasard le plus total bouscule le destin de nos personnages dès lors qu’Abe et Jill surprennent la conversation d’un étranger. Après avoir pris une décision cruciale, Abe est de nouveau à même de jouir pleinement de la vie. Mais ce choix déclenche une série d’événements qui le marqueront, lui et Jill à tout jamais.

Citation : « Bon alors, de quoi s’agit-il ici ? De morale ? De choix ? Esthétique ? Des aléas de la vie ? »

Les + :
– la musique
– Emma Stone
– l’écorché vif

Les – :
– peu innovant
– prévisible

Mon avis : 13/20
Deux choses m’emballaient vraiment pour aller voir ce film : Woody Allen et Emma Stone. J’ai vu tous les films du premier en tant que réalisateur et tous ceux de la seconde en tant qu’actrice. Et le travail de ces deux personnes me fascine.
Le mois dernier (oui ça remonte), je suis donc allée voir L’Homme Irrationnel.
La première chose qui m’a réellement emballée a été le jeu d’Emma Stone. Je ne me lasse pas de cette actrice aux multiples visages. Elle excelle dans tout ce qu’elle joue et ce film n’a pas manqué à la règle. Son duo avec Joaquin Phoenix est splendide.
La seconde chose a été le personnage de ce dernier justement. J’aime les personnes tourmentées dans les films, qui ont un passé, qui essayent de s’en remettre, qui courent à leurs guérisons ou à leurs pertes… Et ici, il y a matière…
D’autre part, l’un des principaux thèmes du film est la philosophie (Abe est le professeur de Jill) et toutes ces discussions m’ont passionnées. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé les moments où Abe donne ses cours de philosophie avec un vocabulaire bien à lui.
Enfin, moi-même pianiste, j’ai réellement apprécié la bande son du film. 100% Bach pour le piano, c’était parfait. Et le reste de la bande son est aussi merveilleuse. Elle accompagne parfaitement le film.
En fait, j’aurais plus qu’adoré ce film si c’était le premier Woody Allen que je voyais. Mais ce n’est pas le cas. Match Point est l’un de mes films favoris et j’ai trouvé ici beaucoup trop de ressemblances avec ce véritable chef d’oeuvre. Pour moi c’est comme si Woody Allen avait décidé de refaire son film autrement mais beaucoup de choses se ressemblent et c’est dommage. Je n’ai donc pas été surprise de la fin ou même de tout le film.
Sans vous spoiler le dénouement, j’ai trouvé en fait que notre héros de la réalisation ne s’est pas foulé… Déception.
Mais j’aime ses histoires.

En bref, un bon Woody Allen, mais pas LE film qui sort du lot.

Publicités