Résumé : It is a universally acknowledgment that high school sucks. But on the first day of his senior year, Greg Gaines thinks he’s figured it out; the answer of the basic existential question, how is it possible to exist in a place that sucks so bad? His strategy: remain at the periphery at all times. Keep an insanely low profile. Make mediocre film with the one person who is even sort of his friend, Earl.
This plan works for exactly eight hours. Then Greg‘s mom forces him to become friend with a girl who has cancer. This brings about the destruction of Greg‘s entire life.

Citation : « Maybe after you die you get sent to a giant room with archives of newspaper that have been written by these angel journalists specifically about your life and then you read them and they look like this. That would be insanely depressing. Hopefully at least some of the headlines would be about the other people in your life and not just you. »

Les + :
– l’écriture
– l’humour
– la forme du roman
– les titres des chapitres

Les – :
– les personnages
– pas de sentiments
– une histoire creuse

Mon avis : 09/20
Ce livre a été une grosse déception pour moi. J’en attendais vraiment beaucoup plus. Revenons sur les quelques points que j’ai à aborder.
Tout d’abord j’ai été très déçue de l’histoire que j’ai trouvée tout simplement creuse. Vide de sentiments, vide de sens. Ici on a affaires à Greg Gaines, un réalisateur de films raté, qui ne connaît ni l’amitié, ni l’amour et qui ne connaîtra aucune évolution durant les 250 pages du roman.
Greg Gaines est confronté au cancer de Rachel, sa mère l’obligeant à prendre contact avec cette jeune fille de son âge. Aucun lien ne se crée. Sans parler de ce qui ressemblerait le plus à un meilleur ami, Earl, mais qui est au final aussi insignifiant pour Greg que les autres. Être confronté à ce personnage sans coeur m’a déplu. Je n’ai pas réussi à m’y faire. Je ne me suis attachée à aucun personnage du livre !
Et je ne vous parle pas de l’histoire qui est aussi prévisible qu’un téléfilm de Noël sur TF1.
Il y a tout de même quelques points positifs que je voudrais soulever concernant ce premier roman de Jesse Andrews. J’ai adoré la plume de l’auteur. Il est vraiment drôle, certains passages sont vraiment exquis et c’est ce qui m’a permis de ne pas jeter le livre contre un mur. Chaque titre de chapitre est bien choisi et les conversations sont écrites comme un scénario ce qui nous rappelle la « passion » de Greg. Il y a aussi beaucoup de listes, dans la forme, le roman est super.

En bref, un premier roman que je n’ai pas aimé mais pour la plume de l’auteur je lirai sûrement le suivant.

Toujours un plaisir de voir les filles du YA Book Circle pour discuter livres (& autres…) 🙂

Publicités