Résumé : Meet Holly Golightly a free-spirited, lop-sided, romantic girl about town. With her tousled blonde hair and upturned nose, dark glasses and chic black dresses, Holly is a style sensation wherever she goes. Her appartment rocks to Martini-soaked parties and she plays hostess to millionaires and gangsters alike. Yet Holly never loses sight of her ultimate dream – to find a real-life place like Tiffany’s that makes her feel at home.
Full of sharp wit and exuberant, larger-than-life characters, wich vividly capture the restless, madcap era of 1940s New York, Breakfast at Tiffany’s will make you fall in love, perhaps for the first time, with a book.

Citation : « Never love a wild thing, Mr Bell, that was Doc’s mistake. He was always lugging home wild things. A hawk with a hurt wing. One time it was a full grown bobcat with a broken leg. But you can’t give your heart to a wild thing : the more you do, the stronger they get. Until they’re strong enough to run into the woods. Or fly into a tree. Then a taller tree. Then the sky. That’s how you’ll end up, Mr Bell. If you let yourself love a wild thing. You’ll end up looking at the sky. »

Les + :
– Holly Golightly
– classique de Truman Capote

Les – :
– nouvelle non aérée
– film meilleur que le livre ?

Mon avis : 14/20
J’ai beaucoup aimé cette nouvelle, grand classique américain, de Truman Capote. J’avais vu le film avant de lire la nouvelle, j’aurais dû faire l’inverse je pense car le film du coup a beaucoup joué sur mon interprétation et ma vision en particulier de Holly.
D’abord le petit point négatif : même si j’apprécie la plume de Capote (aucun message subliminal, il s’appelle comme ça, c’est pas ma faute), il s’agit d’un pavé non aéré de 100 pages. D’accord ça ne mérite peut-être pas des chapitres mais au moins quelques sauts de lignes de temps en temps, non ?
Ce petit coup de gueule passé, j’ai pris du plaisir à lire les aventures de Holly Golightly. J’ai adoré son personnage. Cette jeune femme complètement perdue dans sa vie qui cherche juste à trouver un endroit comme chez Tiffany’s où elle se sentira bien, où elle se sentira enfin chez elle. Holly ne fait que survivre et se sert des autres pour y arriver. De ses « soit-disant » amis, de ses conquêtes, de toutes les personnes qu’elle pourra rencontrer qui pourront subvenir à ses besoins. Car Holly n’est pas qu’aimable. Derrière sa fausse naïveté se cache une grande manipulatrice. Mais sa façon d’être une femme enfant, lui vaut toutes les aides du monde. Tout le monde voudrait avoir Holly sous son aile. Elle a un si grand pouvoir sur les autres. Un pouvoir de séduction.
C’est d’ailleurs le problème du narrateur, amoureux de Holly, sous le charme, dans l’ombre, attendant son tour.

En bref, une nouvelle à la fois pleine de vie et de drame à lire pour la culture mais, désolé Capote, je conseille davantage le film avec Audrey Hepburn !

La version que j’ai (sur la photo) contient également trois autres nouvelles de Capote :
– House of Flowers
– A Diamond Guitar
– A Christmas Memory

Merci aux filles du YA Book Circle pour cette lecture du mois de juillet ! On se retrouve avec Ugly Love de Colleen Hoover pour le mois d’août ! 😉

Publicités