Résumé : Lucile dans la première pièce, Lucinde dans la seconde, veulent toutes les deux un mari, et comme leurs pères, trop têtus et avares, refusent leurs prétendants, elles feignent de tomber malade. A leur chevet s’agitent alors usurpateurs ou docteurs qui rivalisent, pour les uns d’ingéniosité et de malice, pour les autres d’incompétence, de pédantisme et de bouffonnerie.
En écrivant L’Amour Médecin comme Le Médecin Volant dix ans plus tôt, Molière victime lui-même de charlatans, médite une caricature vengeresse. Mais sa nature et son génie sont tels qu’ils transforment la farce en une comédie exquise de finesse et de charme.

Citation : « Tous ces conseils sont admirables assurément : mais je les tiens un peu intéressés, et trouve que vous me conseillez fort bien pour vous. Vous êtes orfèvre, Monsieur Josse, et votre conseil sent son homme qui a envie de se défaire de sa marchandise. Vous vendez des tapisseries, Monsieur Guillaume, et vous avez la mine d’avoir quelque tenture qui vous incommode. Celui que vous aimez, ma voisine, a, dit-on, quelque inclination pour ma fille, et vous ne seriez pas fâchée de la voir la femme d’un autre. Et quant à vous, ma chère nièce, ce n’est pas mon dessein, comme on sait, de marier ma fille avec qui que ce soit, et j’ai mes raisons pour cela ; mais le conseil que vous me donnez de la faire religieuse, est d’une femme qui pourrait bien souhaiter charitablement d’être mon héritière universelle. Ainsi, Messieurs et Mesdames, quoique tous vos conseils soient les meilleurs du monde, vous trouverez bon, s’il vous plaît, que je n’en suive aucun. Voilà de mes donneurs de conseils à la mode. »

Les + :
– classiques rapide à lire

Les – :
– humour lourd
– gags trop attendus

Mon avis : 08/20
Des pièces de Molière j’en ai lu… J’aime Dom Juan, Le Tartuffe… Mais là j’ai été vraiment déçue par ces deux pièces autour de l’amour et de la médecine. Ces deux pièces vont bien ensemble, traitant du même sujet et ayant presque le même scénario.
Je pense que même sur scène ces pièces ne m’auraient pas fait rire. L’humour est lourd, les farces sont attendues et la fin beaucoup trop prévisible.
Pour moi ce sont deux comédies ratées, je n’y trouve ni lyrisme spécial qui pourrait donné envie de lire au moins pour la poésie, ni tirades frappantes et les personnages principaux sont insipides.
J’ai bien compris que Molière se moquait de la médecine ayant été lui-même victime de charlatans mais par exemple, le Médecin malgré lui est une bien meilleure pièce sur le même thème.
Je suis un peu dure et qui suis-je pour juger Molière après tout ? Mais il fallait que je partage ma déception pour ces deux petites pièces.

En bref, deux pièces à lire pour pouvoir dire « j’ai lu toutes les œuvres de Molière », mais qui ne cassent pas trois pattes à un canard.

Publicités