Résumé : Wall Street, le temple de la spéculation financière : nul, mieux que Jordan Belfort, ne connaît ses coulisses mafieuses, ses secrets scandaleux, ses escroqueries énormes. Surnommé, il n’y a pas si longtemps encore, le loup de Wall Street, il était devenu l’un des hommes les plus riches de New York. Pourtant le FBI va s’intéresser à lui et l’arrêter . Avec un sens aigu de la narration et du rythme, Belfort nous raconte son histoire tragi-comique, de ses débuts de trader jusqu’à sa chute, évoquant au passage ses fêtes décadentes, l’abus de drogues en tout genre. Une vie de rock star. Par sa démesure même, cette autobiographie du plus dément des requins de la finance restera dans les annales.

Citation : « Et ma femme… et bien, elle me pardonnerait. Après tout, c’est ce qu’elle faisait toujours. Sur cette belle pensée, je perdis connaissance. »

Les + :
– la vie de rock star dans les moindres détails
– le personnage de Jordan Belfort

Les – :
– le vocabulaire de la finance

Mon avis : 14/20
La première fois que j’entendis parler du Loup de Wall Street ce fut de la bouche de mon amoureux, magnat de la vente, fan absolu de Jordan Belfort et de son livre. Je savais donc qu’un jour, je devrais y passer. Ce n’est pourtant qu’un an plus tard que je me suis decidée à l’acheter, quand j’ai appris que mon acteur favori (vous savez de qui je parle, LEO) allait l’incarner à l’écran. A partir de ce moment là j’ai su de source sure que ce livre était pour moi.
J’ai donc eu ce roman à Noël de l’année dernière et j’ai mis plus d’un an à le lire. Ce n’est pas bon signe.
Le livre démarre fort et Jordan Belfort est un personnage extraordinaire. Seulement, l’admiration que j’avais pour lui au début s’est vite transformée en dégoût et je ne résistais pas à me mettre à la place de sa Duchesse qui souffre terriblement. C’est pour cela que j’ai choisi cette citation, qui montre bien que le loup est un loup pour l’homme mais surtout pour la femme, surtout pour sa femme.
L’autre point qui m’a fait lâcher ce livre en cours de route a été la surabondance d’histoires de finance au fil des pages. Et appelez moi débile si cela vous chante, mais je n’ai pas tout saisi de ses multiples fraudes.
Pendant les vacances, un an après, j’ai donc décidé de redonner une chance à ce pauvre loup. Ca a été la bonne. Je l’ai fini.
Au delà de l’aspect financier qui continue de m’échapper quelque peu, j’ai apprécié l’ambiance du livre, Vie et moeurs des riches détraqués. La richesse abondante m’a toujours fasciné alors j’ai été servie. Qui ne rêve pas de vivre avec tant d’argent ?
Après, il est vrai que Jordan Belfort n’est pas un écrivain et ses tournures de phrases sont souvent les mêmes avec notamment celle-ci sa préférée : « j’allais bientôt me retrouver dans une chambre à coucher royale tendue de suffisamment de soie chinoise blanche pour équiper en parachutes un bataillon entier. » Etalage de sa richesse + comparaison avec ce que les autres auraient pu en faire.
En revanche, toutes les parties de discours, chaque moment où Jordan Belfort prend la parole pour retourner les foules, est un grand moment.

En bref, l’un des rares livres que j’ai préféré voir en film, mais que je recommande aux passionnés de vente et de finance.

Publicités